Témoignages clients


Coup de foudre pour l'électrique

J'ai acheté une voiture électrique et je l'adore

Sid Schwab
9 mai 2014

J'ai fait quelque chose qui ne me ressemble pas et je n'arrive toujours pas à y croire. Je me suis acheté une voiture Tesla Model S entièrement électrique. Moi. Je porte des jeans. Je les achète quand ils sont en soldes. Idem pour mes chemises, Eddie Bauer, à -40 % en fin de saison. Je raccommode mes chaussettes. J'ai gardé la première voiture que j'ai achetée pendant 20 ans, elle avait 321 800 km au compteur, j'ai fini par la faire repeindre et je l'ai donnée à notre salle des ventes locale Little League. La dernière voiture que je me suis achetée était d'occasion ; elle a roulé pendant près de 20 ans, j'ai ajouté 378 000 km au 32 000 km qu'elle avait déjà au compteur. La voiture de mon épouse vient de passer les 161 000 km.

Il y a plusieurs années, je possédais une Jaguar XJ-6 Vanden Plas d'occasion de 1987 - la dernière année où les britanniques ont fabriqué la plus belle des voitures. Elle m'a coûté moins cher que si j'avais acheté une Honda neuve, mais au bout de deux jours, je l'ai ramenée. Pourquoi ? Parce que je n'aimais pas cette image d'un riche docteur qui paradait dans une belle voiture. Je l'ai adorée, même si ce n'était que pour quelques heures.

Comme mon âge commence à refléter ma conduite, je me suis demandé quelle voiture pourrait remplacer celle que j'avais. J'ai toujours adoré les BMW (cette première voiture était une 1600 de 1972), surtout les versions M, mais je savais que je ne dépenserais jamais autant d'argent dans une voiture. Je me suis presque décidé pour une Mazda 3, l'une des meilleures voitures sur le marché à un coût minime. Mais il y a plusieurs mois, sans raison spécifique, j'ai rencontré le représentant de Tesla au salon automobile annuel de Seattle, et je me suis aussitôt inscrit pour un essai la semaine suivante.

J'ai fait de nombreuses recherches sur le génie technologique de la voiture ; Tom, le « conseiller », ne m'a donc pas appris grand chose lorsque nous roulions dans le centre-ville de Bellevue. Nous avons ensuite pris l'autoroute 90. « La voie VOM a l'air dégagée », a-t-il dit. « Pourquoi ne pas la pousser ? » Je l'ai fait. À ce moment-là, mon épouse et moi nous sommes exclamés : « M***E ALORS !!! », chose qu'il doit entendre plusieurs fois par jour.

La Tesla est une grosse voiture, un véhicule familial, une voiture à hayon qui peut accueillir facilement cinq adultes ainsi qu'une troisième rangée de sièges pour enfants orientés vers l'arrière. Elle est superbe et élégante, mais à première vue, on ne s'imagine pas qu'elle est puissante. C'est tout le contraire. Avec son moteur électrique puissant, elle démarre au quart de tour, l'accélération est fluide, elle a une prise directe, sans que l'on ai à changer les vitesses. La puissance est là, instantanément, à n'importe quelle vitesse. Cette voiture est inégalée. Et ai-je mentionné qu'elle était superbe ?

J'aime tout dans cette voiture. L'intérieur est confortable et un peu exotique ; toutes les commandes se trouvent sur un écran tactile géant ; il n'y a aucun cadran ni bouton. Elle est économe, propre et élégante. Elle fonctionne. Elle veut rouler, en a besoin, et remplit ses fonctions dans un silence presque troublant ; elle scotche ses passagers à leur siège comme s'ils étaient poussés par une main invisible. Deux mains. Des mains très fortes.

Et elle est sublime.

J'ai donc fait d'autres recherches, j'ai regardé des vidéos, j'ai fait deux autres essais, je me suis dit que ça n'avait aucun sens de dépenser autant d'argent dans une voiture, quelle qu'elle soit. Mais je n'arrivais pas à me la sortir de la tête. J'ai adoré l'idée de ne plus jamais avoir à utiliser d'essence, de la brancher dans mon garage et d'avoir un « réservoir » plein tous les matins, de pouvoir conduire plus de 400 km sans la recharger. J'étais émerveillé par la façon dont ils ont imaginé une voiture qui a remporté pratiquement toutes les récompenses qui puissent exister ; et j'ai vraiment adoré cette idée de réseau de stations Superchargeurs gratuites, les plus rapides au monde, juste pour les Teslas. Un café ou deux, et le tour est joué ! Les gens ont traversé les États-Unis en n'utilisant que des Superchargeurs, sans dépenser un sou pour de l'« essence », et sans produire un milligramme d'émission.

Je ne me sens pas complexé comme avec la Jaguar. Je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que j'ai l'air plus modeste. Peut-être parce que je pense que les émissions de carbone causées par l'homme sont ce qu'il y a de plus dangereux au monde. Ou peut-être que je suis enfin devenu l'homme condescendant que je n'aurais jamais pensé être. Si c'est le cas, ça me va.

Sid Schwab est un chirurgien pratiquement à la retraite qui adore écrire.

Cet article est paru pour la première fois sur ReadWave.com.


X Deutschland Site Besuchen